Faites la différence entre la jalousie et l’amour pathologique

Publié le : 16 octobre 20205 mins de lecture

Amour pathologique

L’amour pathologique, ou AP, se caractérise principalement par le fait d’avoir un amour perturbé par beaucoup de jalousie, il est donc important de différencier les différents types de jalousie. Habituellement, dans les relations amoureuses, le sentiment d’amour est accompagné d’affection et de zèle envers l’être aimé. Il y a des gens qui croient que la jalousie est nécessaire pour une relation amoureuse, car elle représente cette attention. Mais est-il intéressant de comprendre de quel type de soins il s’agit, c’est-à-dire la jalousie serait-elle une forme de zèle, ou ce sentiment serait-il davantage lié à la perspective de la perte ou de l’abandon de l’être aimé ?

En général, la jalousie est liée à l’estime de soi, aux croyances d’abandon et à une moindre valeur. La façon dont la jalousie est vécue peut être plus ou moins saine, et la façon moins saine peut éventuellement être configurée dans un cas de PA. Il est naturel, dans les moments où la personne est exclue ou se sent menacée d’exclusion dans la relation avec l’autre, de se sentir jaloux. Lorsqu’il y a un engagement émotionnel plus important, c’est-à-dire que la personne n’a pas 100 ans sur le plan émotionnel, elle peut se présenter comme jalouse. Dans ce cas, il existe un sentiment permanent d’angoisse et d’instabilité, qui imprègne la relation avec l’autre. La personne commence alors à vivre dans un état de tension constante, imaginant être sur le point d’être trahie ou abandonnée par son partenaire.

Un troisième cas, plus grave du point de vue de l’engagement émotionnel, se produit dans des situations délirantes, où la méfiance fait place à la certitude, même non fondée, que le partenaire trahit ou abandonne la personne. Dans ce cas, l’angoisse devient insupportable, un niveau de tension immense et inconcevable s’établit. Dans cette situation, nous pouvons donc envisager l’hypothèse d’une image de l’Amour pathologique.

Caractéristiques cliniques de l’amour pathologique

La personne souffrant d’AP a une attitude très particulière envers son partenaire. Habituellement, leurs intérêts personnels ou ce qui avait de la valeur pour eux sont laissés de côté au profit d’attitudes d’attention et d’extrême utilité pour l’autre. De telles attitudes échappent à tout contrôle et empiètent souvent sur la liberté du partenaire, entraînant souvent des désaccords entre eux. Toutefois, il est important d’être vigilant, car de telles attitudes peuvent également être présentes dans d’autres contextes psychiatriques. Pour mieux comprendre ce qu’est l’amour pathologique, il est important d’être conscient que l’essence de cette pathologie n’est pas l’amour, mais la peur – d’être abandonné, de ne pas mériter l’amour de son partenaire ou d’être trahi. Les attitudes d’espionnage et de méfiance de ceux qui souffrent de l’AP, bien qu’elles apportent un grand malaise dans la relation, soulagent ces craintes.

Caractéristiques familiales, culturelles et de genre

Les soins et l’affection des parents sont d’une importance fondamentale pendant l’enfance, afin que l’enfant dispose de bases solides pour développer des relations sûres et satisfaisantes. Dans les foyers inadaptés, où il y a un manque d’affection, de compréhension et de sécurité, l’enfant est privé de ce soutien affectif et nourrit la peur d’être abandonné et mal aimé par ses parents. Habituellement, pour être acceptée et aimée, elle commence à jouer un rôle d’extrême prudence auprès de ses frères et sœurs, lorsqu’elle en a, ou même auprès de ses parents. À l’âge adulte, la personne a tendance à répéter le modèle de relation appris dans l’enfance. Ils sont généralement attirés par des personnes peu affectives et peu sûres d’elles, qui ont donc besoin de beaucoup de soins et d’attention. Les hommes et les femmes peuvent être affectés par l’Amour Pathologique, bien qu’il soit plus fréquent chez les femmes, également en raison de facteurs socioculturels. Les femmes ont tendance à être plus affective et plus sentimentale.

Le PA peut aussi se caractériser par une trouble de la personnalité, lorsque l’attachement au partenaire devient une source de souffrances physiques et psychologiques. Le problème vient d’une manque de confiance en soi, par peur, une dépendance affective et même un trouble de la personnalité. Il en résulte des restrictions portant atteinte à la liberté de l’être aimé.

Comment obtenir de l’aide ?

Pour savoir si la personne est porteuse d’un Amour pathologique, il est essentiel de procéder à une évaluation clinique minutieuse qui implique l’action conjointe du psychiatre et du psychologue. Après une bonne évaluation, il est important qu’un psychologue vous suive, car il vous offrira un soutien pour le contrôle des attitudes et des pensées destructrices de la relation et de l’individu lui-même, par le biais de la psychothérapie.

Plan du site